®Benoi¦e´t Peverelli03 ®Benoi¦e´t Peverelli03

SYNGUÉ SABOUR, PIERRE DE PATIENCE

Afghanistan / France

 

Réalisation : Atiq Rahimi

Scénario : Jean-Claude Carrière, Atiq Rahimi

Producteur : Michael Gentile

Photographie : Thierry Arbogast

Montage : Hervé de Luze

Musique : Max Richter

Interprètes : Avec Golshfteh Faharani, Hamidreza Javdan, Hassina Burgan, Massi Mrowat

Durée : 1h42

Distribution : Le Pacte

 

 

Synopsis : Quelque part en Afghanistan, durant une guerre qui ne dit pas son nom, une belle femme – d’une trentaine d’années - veille son mari paralysé par une balle dans la nuque. Abandonnée par ses proches, elle est tenue à prier pour ramener son époux à la vie, et à s’occuper de ses deux jeunes filles. Mais un massacre sanglant chez les voisins, la contraint à abandonner son mari, et à se réfugier, avec ses enfants, dans une maison close, tenue par sa tante qui lui apprendra comment vivre sa vie sous la barbarie des hommes. Un étrange sentiment la fait retourner auprès de son mari. Ses prières se transforment désormais aux confessions très intimes. Elle lui parle de son enfance, de ses désirs, de ses craintes… jusqu’au dévoilement de son secret inavouable. En même temps, le rapport qu’elle entreprend avec un jeune soldat qui, après une tentative de viol, tombe amoureux d’elle, lui permet d’atteindre les vertiges du désir. Son mari paralytique devient, malgré lui, sa « syngué sabour », cette pierre magique que l’on pose devant soi pour lui confier tous ses secrets, et déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances… Et la pierre absorbe tous les mots jusqu’à ce qu’un beau jour elle éclate. Et ce jour-là on est délivré.

 

 

 

Le réalisateur : Ecrivain et cinéaste, Atiq Rahimi est un représentant renommé de la culture afghane en Europe. Francophile, ancien étudiant au lycée franco-afghan de Kaboul, Atiq fuit son pays en 1984, demande et obtient l’asile auprès de l’Etat français. Il entame des études en audiovisuel et obtient un doctorat de cinéma à la Sorbonne. Auteur de plusieurs films documentaires comme A chacun son journal, Zaher Shah, le royaume de l’exil en 2000 ou (A)fghanistan en 2002, Atiq Rahimi considère le cinéma comme un langage universel, le plus à même de parler de la situation de son pays d’origine. Pourtant en 1996, alors que les talibans prennent le pouvoir à Kaboul, il ressent le besoin de passer à l’écriture avec Terre et cendres, évoquant le deuil et la violence qui meurtrissent ce pays. Adaptée en 2004 au cinéma, par ses propres soins et sur les terres afghanes, cette œuvre est présentée à Cannes et reçoit un accueil élogieux du public. Autant investi dans la réalisation que dans l’écriture, l’auteur publie dans sa langue natale Les Mille Maisons du rêve et de la terreur en 2002, un livre de photos Le retour imaginaire et Syngué Sabour en 2008 pour lequel il reçut le Prix Goncourt.

 

Les échos du directeur artistique

Primé en 2004 à Saint-Jean de Luz avec son premier film Terre et cendres, Atiq Rahimi a réalisé l’adaptation de son roman, Syngué Sabour, qui lui a valu le Prix Goncourt. L’histoire d’une femme qui veille son mari moribond alors que la guerre fait rage autour d’elle. Une femme magnifique interprétée avec passion par Golshifteh Farahani, actrice iranienne exilée vue l’an dernier dans Poulet aux prunes.